Blog

par Julien Mbony

Le Honduras développe un registre foncier soutenu par le Blockchain!

Le Honduras est l’un des pays pauvres qui est aux prises avec des fraudes liées aux transferts de titres de propriété. En effet, plus de la moitié de ses terres ne sont pas enregistrées officiellement dans la base de données du pays et celle-ci a déjà été la cible de plusieurs piratages informatiques.

Pour remédier à ce problème, le gouvernement du Honduras fait affaires avec Factom Inc, une start-up du Texas, pour développement d’un registre foncier sécuritaire et transparent qui est soutenu par la technologie du Bitcoin.

En enregistrant la propriété des terrains sur le Blockchain, le pays sera donc en mesure de garantir à 100% la propriété d’un terrain à un habitant et par le fait même sécuriser l’hypothèque qui y est agencée.

À lire également: 10 applications à développer sur le Blockchain

Le Blockchain est un registre public semblable à un grand livre comptable où toutes les transactions dans l’écosystème du Bitcoin y sont enregistrées de manière chronologique, et ce depuis la création de la monnaie virtuelle en 2009. On dit de ce réseau peer-to-peer qu’il est décentralisé puisqu’il est distribué et validé par des milliers d’ordinateurs à travers le monde (miners).

Factom a développé une technologie opensource qui aide les compagnies et les organismes à stocker leurs données de manière sécuritaire et transparente en utilisant le Blockchain. Selon la vidéo ci-haut, 70% des terrains en Amérique Latine ne seraient pas enregistrées convenablement, rendant impossible pour les habitants de ses terres de prouver leur propriété. Si le projet est concluant avec l’Honduras, il est donc possible que ce registre foncier s’étende aux autres pays de la région!